pictogramme
Ses droits
il faut parfois les défendre
pour ne pas les perdre





LA LÉSION PSYCHIQUE OU PSYCHOLOGIQUE

Le milieu de travail met en relation des individus avec des intérêts souvent divergents et avec des personnalités différentes pouvant être la cause de troubles psychiques engendrant une souffrance psychologique incapacitante. Le stress imposé par une une charge de travail démesurée (burn out), les conflits avec le patron, le harcèlement psychologique par le patron ou par des collègues de travail, la violence (stress post-traumatique) sont des éléments que l'on retrouve dans le milieu de travail et qui sont susceptible de provoquer des lésions psychiques. La douleur permanente résultant d'une lésion professionnelle physique qui a laissé chez le travailleur une atteinte permanente, de même que le deuil à faire de son emploi pré-accidentel sont des éléments pouvant être la cause d'une lésion psychique donnant droit à l'indemnisation en vertu de la Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles. L'accident physique lui-même (fracture du crâne, commotion cérébrale) peut-être la cause d'une incapacité et de maladies psychiques.

Toute personne se valorise dans son travail. L'incapacité de travail, la perte de son emploi peut plonger l'individu dans le désarroi et l'isolement qui lui enlèvera toute chance de surmonter cette épreuve. L'individu pourra alors se réfugier dans la toxicomanie, la violence et même la tentative de suicide. Humilié et dépossédé de ce qui le valorisait, le travailleur peut perdre le contrôle de la situation et même la vie par le suicide.

La lésion psychique est donc souvent plus importante et incapacitante que la lésion physique. Il ne faut donc pas hésiter à faire une réclamation à la CSST quant la lésion pychique qui nous affecte est reliée au travail.

L'incapacité résultant d'une lésion psychique peut résulter d'un syndrome cérébral, d'une psychose, d'une névrose et d'un trouble de la personnalité. Le syndrome cérébral peut se manifester par des troubles de l'orientation, de problèmes d'ordre cognitif, de problèmes de mémoire, d'humeur anxio-dépressive, de problèmes de comportement, de problèmes de communication. La psychose se caractérise essentiellement par des troubles de l’affect, de la perception,de la pensée (processus, forme, contenu), du comportement et par des anomalies du contrôle émotionnel. Elle est habituellement accompagnée d’un manque d’autocritique et elle inclut souvent des conduites anormales perceptibles par l’entourage.

La névrose est fait d’anxiété excessive, de phobies, de symptômes hystériques, obsessionnels etcompulsifs, dépressifs et parfois d’une composante psychosomatique. Pour le trouble de la personnalité, il s’agit essentiellement de troubles de caractère accompagnant un manque de maturité émotionnelle traduits par des difficultés interpersonnelles, une faiblesse de contrôle des inhibitions, une réduction de la tolérance à la frustration, un égocentrisme exagéré, une inconstance du rendement, une mésadaptation sociale plus ou moins grave.

En vertu de l'article 2 de la Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles (LATMP), une lésion professionnelle est une blessure ou une maladie qui survient par le fait ou à l'occasion d'un accident du travail ou d'une maladie professionnelle, incluant la récidive, la rechute ou l'aggravation d'un tel accident ou maladie. La LATMP n'établit aucune distinction entre les lési les lésions physiques, soit comme un accident du travail ou une maladie professionnelle.

En cas de litige, ce nn'est pas le diagnostic de lésion professionnelle posé par le médecin du travailleur qui retienne l'attention, mais plutôt la relation ou l'absence de relation entre ladite lésion et le travail. En effet, selon l'article 224 de la Loi, la CSST est liée par le diagnostic et par les autres conclusions du médecin traitant à moins de les contester via la procédure d'évaluation médicale. La CSST n'est cependant pas liée par l'avis du médecin en ce qui concerne la relation existant entre le ou les événement(s) survenu(s) au travail et la survenance de la lésion d'ordre psychologique. Par conséquent, la CSST et, s'il y a appel, la Commission des lésions professionnelles (CLP) ont à trancher sur l'existence ou l'absence de relation entre la lésion psychologique et le travail en analysant la preuve présentée par les parties.

La lésion psychique ou psychologique peut aussi survenir en relation avec une lésion physique reconnue comme lésion professionnelle. Elle peut être causée par la douleur permanente et incontrôlée reliée à la lésion professionnelle ou par le deuil que l'accidenté n'arrive pas à faire de la perte de sa capacité de travail. On parlera alors d'une aggravation de l'état de santé du travailleur (une RRA) en relation avec la lésion professionnelle subie. Dans ce genre de réclamation, la CSST établit s'il existe bien une relation entre la lésion initiale et la RRA, c'est-à-dire si cette lésion psychologique est une conséquence de l'accident de travail vécu par lle travailleur.

Les diagnostics psychiatriques que l'on retrouve habituellement pour des lésions psychologiques reliées au travail sont le trouble d'adaptation, la dépression majeure, l'état de stress aigu, l'état de stress post-traumatique et le trouble somatoforme ( on retrouve parfois sous ce diagnostic le trouble douloureux parce que la douleur est un élément subjectif qui peut affecter différemment certaines personnes)

En savoir plus sur la lésion psychologique: mon Blog.

Voir comment la Commission des lésions professionnelles a interprété la lésion psychique ou psychologique reliée au travail: Jurisprudence

Réal Brassard, consultant, accident de travail et maladie professionnelle,
Tous droits réservés